Centre Dramatique National de Quartier
 
Technicien de sinistre

vendredi 6 mars 20h

 
<< Mai 2019 >>
DLMMJVS
   1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031 


Les archives
  • Mai 2019
  • Avril 2019
  • Mars 2019
  • Février 2019
  • Janvier 2019
  • Décembre 2018
  • Novembre 2018
  • Octobre 2018
  • Septembre 2018
  • Juillet 2018
  • Juin 2018
  • Mai 2018
  • Avril 2018
  • Mars 2018
  • Février 2018
  • Janvier 2018
  • Décembre 2017
  • Novembre 2017
  • Octobre 2017
  • Septembre 2017
  • Juillet 2017
  • Juin 2017
  • Mai 2017
  • Avril 2017
  • Mars 2017
  • Février 2017
  • Janvier 2017
  • Décembre 2016
  • Novembre 2016
  • Octobre 2016
  • Septembre 2016
  • Juillet 2016
  • Juin 2016
  • Mai 2016
  • Avril 2016
  • Mars 2016
  • Février 2016
  • Janvier 2016
  • Décembre 2015
  • Novembre 2015
  • Octobre 2015
  • Septembre 2015
  • Juin 2015
  • Mai 2015
  • Avril 2015
  • Mars 2015
  • Février 2015
  • Janvier 2015
  • Décembre 2014
  • Novembre 2014
  • Octobre 2014
  • Septembre 2014


  • programmes archivés
  • saison 51
  • saison 50
  • saison 49
  • saison 48
  • saison 47
  • saison 46
  • saison 45
  • saison 44
  • saison 43
  • saison 42
  • Image

    03_2A_technicien_de_sinistre Un ex-agent décontaminateur déterre ses souvenirs : la Goutte d’Or, sa brune qui s’évapore, ses missions, Rat Musqué, la danseuse... il campe sa ville, son époque. Avec le talent des ratés, il le fait sec et cru.
    «Pas des souvenirs que je dis là. Ce qui reste après. Après les plaies. Après les cicatrices. Après que les sutures soient devenues des dessins familiers sur la peau. Après la putréfaction. Ce qui reste et qui a blanchi. Comme on retrouve, en creusant un parking, les restes d’un roi. Ses ossements.»

    Nicolas Flesch dit des poèmes qui sont les amorces de Technicien de sinistre — l’épreuve de la bouche, la confrontation publique sont substantielles à son écriture — lors, le poème va s’écrire, se dire, se réécrire, se chanter, se taire, se re-re-redire...
    «Il devait être 6h00. Dans la cabine du Ford ça sentait le prout et l’after-shave, l’ouverture de la cinquième de Beethoven aurait parfaitement convenu mais Johnny criait : que je t’aime ».

    03_2A_technicien_de_sinistre

    Texte et jeu : Nicolas Flesch