Centre Dramatique National de Quartier
  Humeur du Jour : Xavier Camarasa
Image

Aujourd’hui 19 mars, champ libre à Xavier Camarasa, pianiste, qui devait présenter et partager le nouvel opus de son quintet El Memorioso.

Ce soir nous devions jouer à L'Atelier du Plateau et bien sûr le concert n'aura pas lieu. Le piège vient de se refermer sur nous tous. L'Atelier a souhaité garder un lien, permettre une échappée pour ne pas quitter complètement la scène. Une sorte d'acte de présence, un témoignage d'existence dans ce monde où la réalité s'est refermée aux quatre murs de son "chez soi". Mais que dire? Que faire?
Le monde est devenu absurde. Je n'ai pas envie là, de parler de ce qui nous entoure, le flot de l'information continue, la sur-saturation de données, et la confusion globale. Confinés dans nos corps, nous le seront bientôt dans nos têtes...
De là où je suis ce qui m'importe c'est de garder le lien au "réel". Le danger qui nous guette c'est celui de refermer encore davantage les quatre murs de son "chez soi", de s'emprisonner encore dans un espace bien plus clos que nos quatre murs.
Le "virtuel" ne nous sauvera pas, tout au plus il nous distraira quelques heures, il n'est qu'un outil pour garder le contact avec le souvenir du"réel". En s'y réfugiant en bloc, nous perdons les germes de doute et de révolte qui nous serons indispensables et vitaux pour tenter de garder un cap, oser résister et reconstruire quand les quatre murs s'écarteront.
Puisse cette terrible expérience, nous faire ressentir au combien sont précieux le bruit du vent dans les arbres, le chant des oiseaux, le bruit de l'eau sur la berge, l'odeur du pain chaud, le bruit du train qui s'en va, le son direct et puissant d'un instrument de musique, la caresse d'un rocher ou celle de l'herbe sèche sous nos pieds nus, l'aboiement au loin d'un chien, le bruit d'un moteur, la présence d'un être aimé ou pas, le goût du vin partagé, la parole directe et forte...
Il ne s'agit pas ici de poésie mais de concret, de terre à terre, du plus bassement terre à terre.
C'est le souvenir de ce que nous aimons et la colère qui nous garderons éveillés."

Xavier Camarasa - Font-Romeu le 19 mars 2020 Image