Centre Dramatique National de Quartier
  Humeur du jour : Benjamin Sanz
Image

Champ libre à Benjamin Sanz, batteur et fondateur du collectif Mirr, remarquable voyageur en jazz afro-américain et autres contrées frappées. Il devait nous présenter La Vague, un projet particulier conçu avec la compositrice Elsa Biston et le clarinettiste Julien Pontvianne, où un dispositif sonore enveloppant plonge le spectateur dans un étourdissement de vibrations. Divaguons donc, un instant, dans leur lent ressac sonore.

« La musique de La Vague, le trio avec Elsa Biston et Julien Pontvianne, nous amène à penser différemment le temps.
On commence par le prendre. C’est la condition pour entendre timbres et battements agir et réagir et découvrir cette musique au fur et à mesure qu’elle se déroule, parfois à notre insu. Cela m’amène à affiner mon écoute, à adopter une vision plus large du son qui me fait progresser, y compris techniquement car c’est dur de jouer très lentement, mais aussi dans ma façon de voir les choses.
Si on élargit à d’autres domaines, c’est un pied de nez au productivisme (la culture n’y échappe malheureusement pas), qui dans notre société nous impose systématiquement de devoir tout faire et penser rapidement et avec plusieurs longueurs d’avance. Dans ce sens, La Vague ne colle pas au schéma actuel, nous n’avons jamais été pressés, mais c’est encourageant de savoir qu'on correspond à la programmation de l’Atelier du Plateau.
Dans ce temps lent du confinement, réécouter notre travail lors de notre résidence au Centre de Création GMEA d’Albi a pris tout son sens, en voici deux extraits.
Bon courage à tous et merci à chacune et chacun de montrer que nous sommes là, ça fait beaucoup de bien! » Benjamin Sanz
Découvrez les extraits juste ici.
Image.
©Marion Brunet