Centre Dramatique National de Quartier
  Humeur du jour : Camille Sauvage
Image

Champ libre à Camille Sauvage, artiste plasticienne, scénographe, qui manie aussi bien le dessin délicat de petit format en noir et blanc que de grandes fresques oniriques aux couleurs vives et tranchées. Papiers de soie ou arrachés d’un cahier d’écolier, murs de ville ou de théâtre, abat-jour et pochette de disque, elle glisse sur les supports pour faire apparaître hommes sans têtes, chevaux sauvages, fleurs carressivores. Habituée à enluminer les murs de l’Atelier du Plateau, elle nous livre son humeur du jour sous forme de film. Entrons dans son laboratoire de composition en attendant que les nôtres ouvrent leurs ailes.

« En ces temps informes, où je pressens un grand flou m’envahir,
où tout semble s’être arrêté,
je continue de chercher, pour surtout ne pas perdre le sens.
Je vous montre ici une étape de travail, commencée et interrompue dans l’élan.
Il n’y a eu qu’une seule séance pour l’instant, il aurait dû y en avoir d’autres. Il y en aura d’autres. J’espère. Le jeu m’a plu.

Ils sont à l’école,
pour apprendre à jouer le jeu.
Je me suis invitée à me joindre à eux.

Ce jeu d’improviser ensemble devant et derrière la caméra.
On ne se connaissait pas.
On s’est rencontré avec les consignes suivantes, pour cette fois là.
"Quelqu’un en attend un autre.
Ça sonne.
Prise de contact.
Comme dans ce dessin, entre lutte et danse,
on ne sait pas vraiment qui va l’emporter."

Même décor pour tout le monde :
un fond noir, une table, un miroir, un rouge à lèvre.
2 costumes à disposition, une robe et une chemise avec veste.

Ils ont défilé. À tour de rôle, par deux.
J’ai filmé de courtes séquences.
Une seule prise pour chaque duo.

J’ai monté.
Ensuite, j’ai pioché, coupé dans la matière que nous avions faites ensemble et monté rapidement, sur des musiques restées au placard, compositions des divins musiciens que j’ai la chance d’avoir pas loin. Je me suis surprise, à réécrire au fil des images que je découvrais et surtout du son qui se présentait, et qui m’ouvrait d’autres champs d’improvisation, avec la magie du montage. Je me suis surprise à me régaler de la force qui se dégageait de ce que ces jeunes acteurs m’avaient offert dans la spontanéité de cette rencontre.
Hâte de reprendre ce jeu là avec eux ou avec d’autres.»
Camille Sauvage.

Le résultat en vidéo juste ici.
Image