Centre Dramatique National de Quartier
  Humeur du jour : Théo et Valentin Ceccaldi
Image

Champ libre à Valentin et Théo Ceccaldi, frères d’état civil et de musiques, virtuoses des cordes et de l’amitié. Ces faux jumeaux et vrais facétieux devaient jouer à guichet fermé un drôle de concert tout spécialement imaginé pour fêter l’anniversaire de leur père Serge Ceccaldi. En guise de cadeau, ils lui offraient d’interpréter et d’arranger sa musique, de raconter en version orchestrale une histoire familiale avec l’exil et l’Algérie comme fil conducteur. Constantine, ça s’appelle. Un projet puissant et émouvant, un hymne à ceux qui nous ont grandi.

« Notre papa, ça a toujours été le plus fort d’abord ! Pour résoudre des énigmes, pour construire des maisons, même en bois, pour se rebeller contre l’autorité, organiser des manifs, des spectacles à 300 sur scène, réparer des tracteurs ou des camping-cars, nous engueuler pour bosser notre violon & cello, pour tout analyser, tout décrypter, composer des opérettes ou des valses, diriger des chorales ou observer les oiseaux. Une sorte de Mac Gyver qui jouerait du nyckelharpa en quelque sorte (sans la nuque longue malheureusement).
Aujourd’hui tout pile, il a 60 ans et c’est un grand jour.
C’est un grand jour car il n’y a pas loin de 2 ans, nous nous sommes mis en tête avec Valentin de lui faire une méga-surprise. Comme le bougre n’est pas le dernier pour imaginer des folies, il fallait frapper fort : Ré-arranger et enregistrer sa musique pour en faire un disque nous semblait être une belle entreprise. De la musique, il y en avait plein les tiroirs, les étagères du grenier, les disques durs du vieil Atari, près de 600 œuvres qui dormaient éparpillées dans la maison en bois, jamais déposées à la sacem, jamais ou presque gravées sur disque.
Après quelques mois de fouilles discrètes, de sélection, de récupération et décodage de vieux fichiers cubase (spéciale dédicace à notre maître geek MMZ alias Matthieu Metzger), nous nous sommes mis en quête de nous réapproprier cette matière si familière, inscrite à l’encre indélébile dans nos corps, qui a accompagné notre évolution d’humains et d’artistes.

Petit à petit, en creusant, en remontant à la source de l’histoire familiale, s’est dessiné une sorte de fil rouge, un thème. L’Algérie, Constantine le berceau, puis l’exil, terre soleil fantasmée, nostalgie heureuse et horizons fantômes.
On y aborde des sujets à la fois très personnels et universels, qui parlent de peuples éloignés de leurs terres, de leurs repères, des peuples qui ne maitrisent pas leur destin, qui subissent les décisions venues de plus haut. On y parle de vies oubliées, de la pensée qui transforme la réalité au fur et à mesure des années. On y parle de mémoire, de souvenirs impalpables et vaporeux, que l’on cherche à ressaisir en vain. Ce disque c’est à la fois lui, nous, l’histoire de notre famille, et cette nécessité de bâtir des ponts entre les humains, les disciplines, les musiques, sûrement les ponts de Constantine.
En imaginant cette aventure folle, nous avons souhaité naturellement y associer nos amis magnifiques, nos compagnons de toujours et les nouveaux venus. Nous les remercions aujourd’hui chacune et chacun, d’avoir donné tant d’énergie et de temps, pour que l’alchimie se crée à la hauteur de nos rêves.
En premier lieu, la famille de cœur, la tribu du Tricollectif : Quentin Biardeau et Roberto Negro, pour nous avoir guidés spirituellement vers la vérité de nos choix esthétiques, Robin Mercier pour avoir réécrit de sa patte si singulière, l’histoire et les mots de cette musique, Gabriel Lemaire, Guillaume Aknine, Florian Satche et Adrien Chennebault pour leurs notes investies de l’amour profond. Jean-Pascal Retel, pour son esthétique toujours visionnaire et majestueuse. Mathieu Pion pour cette exigence du son, son engagement total et cette confiance que nous cultivons depuis tant d’années, mais aussi Pierre-Emmanuel Mériaud love love love plus plus et Julien Reyboz pour le soutien joyeux.
Evidemment, nos invités d’honneur dans cette épopée, des artistes qui comptent dans notre histoire, qui nous touchent et nous inspirent chaque jour : Leïla Martial, Thomas de Pourquery, Yom, Fantazio, Abdullah Miniawy, Emile Parisien, Airelle Besson & Michel Portal. Les travailleurs de l’ombre, sensibles et passionnés, des oreilles attentives et des esprits apaisants, une famille qui se crée, sans qui rien de tout cela n’aurait été possible : Perline Feurtey, Julien Berlioz et Jérémie Mension, de la formidable et indispensable Coopérative Full Rhizome. Sans oublier les soutiens précieux de François-Xavier Hauville et Dominique Laulanné.

Aujourd’hui donc, c’était la grande surprise, et à qui d’autre aurions-nous pu faire appel pour manigancer avec panache et malice, cette sauterie royale, maquillée sous forme de concert intimiste des brothers ? Je parle évidemment du sublime Matthieu Malgrange et de toute l’équipe de l’Atelier du Plateau, notre lieu de cœur à Paris, notre refuge pour fantasmer, rêver et se ré-inventer. À guichet fermé depuis maintenant plusieurs mois, la soirée s’annonçait folle, tous les amis, la famille, venus de partout étaient annoncés pour festoyer et découvrir officieusement l’opus finalement pressé, flambant neuf et pimpant.
Le Corona en aura décidé autrement mais rassurez-vous, confinés en tout petit comité, au cœur de la forêt d’Orléans, la surprise a bien lieu, et l’écoute sera profonde.
C’est ce cadeau que nous faisons aujourd’hui tous ensemble à Sergio. Avec tout le bonheur et l’émotion que nous avons eu à le réaliser en cachette de nos petites mains pendant ces 2 années. Ça sortira officiellement à l’automne pour le troisième album de mon label Brouhaha sur l’Autre Distribution, et …nous avons tellement hâte de vous le faire découvrir !!! En attendant, Ça s’appelle Constantine,
Et voici la pochette, réalisée par le jeune et talentueux Jean Mallard.
Joyeux Anniversaire Papa, »
Valentin et Théo Ceccaldi

Et pour savourer ce week-end, un petit cadeau en attendant la sortie officielle du disque à l'automne, Ampsaga feat. Leïla Martial, en libre écoute jusqu'à dimanche.
Image