Centre Dramatique National de Quartier
  Humeur du jour : Vincent Courtois
Image

Champ libre à Vincent Courtois, violoncelliste classieux et littéraire, dont le son organique et puissant remue les sens, chasse les spleens et les rabat-joies, file dans l’invisible à la recherche de l’autre, comme la ligne du pêcheur taquine les profondeurs. Ce sociétaire déclaré de l’Atelier du Plateau nous livre son humeur musicale du moment, celle de l’interprète inattendu d’une pièce du répertoire contemporain pour violoncelle seul. Une invitation à sortir du temps imposé, à se suspendre dans les secrets de la composition.

"En cette inédite et inquiétante période de confinement, je mets ce temps à profit pour me pencher sur le répertoire du violoncelle seul du 20ème siècle. Il y a donc sur mon pupitre beaucoup de travail et de belle musique : Lutowlawski, Henze, Ligeti ou encore cette incroyable pièce commandée en 1987 par Rostropovitch à l’immense compositeur Krystof Penderecki qui, il y a quelques jours, nous a quittés. Je viens d’en enregistrer une interprétation, ici, chez moi.
J'ai envoyé la piste au studio Labuissonne pour profiter du talent de Gérard de Haro qui me l’a réexpédiée mixée par ses soins. Loic Vincent en a ensuite proposé une interprétation visuelle à partir d’images principalement réalisées en confinement.
J’espère que l’ensemble vous plaira et saura, avec tous ses sentiments mêlés et contradictoires, prendre un sens tout particulier chez vous. Ça s’appelle « Per Slava ».
Un remerciement spécial à mon ami Cyrille Tricoire de m’avoir fait découvrir cette pièce.
Je vous embrasse." Vincent Courtois

Pour découvrir le résultat de ce travail c'est par ici.
Image