Centre Dramatique National de Quartier
  Humeur d'Antony Quenet

Un billet d’humeur…
J’ai toujours adoré la bonne année. Jusqu’au bout, jusqu’au 31 janvier 23h59.
J’ai toujours aimé sortir seul ou à plusieurs.
J’ai toujours aimé les partages autour d’un café pendant que tu bois du vin de la couleur qui te convient.
J’ai toujours aimé parler dans ma voiture comme sur un bout de comptoir où le monde se refait se défait se fait.
Je n’ai jamais aimé l’entre soi. Sauf avec toi.
Cette année je te la souhaite. Je ne te la souhaite juste pas trop pourrie. Je ne suis pas capable de mieux. Ou alors je te la souhaite juste.
Juste. Tiens, c’est ce mot-là qui va me ramener à BRUTES.
Ou BRUTE, au singulier. La version solo, So l’eau avec ma bassine et ma guitare.
THE GHOST IN THE TUB. Le fantôme dans mon bassin quoi…

Ne s’en remettre ni au ciel, ni à l’égout, arpenter le chemin des failles. L’humanité c’est Arthur R et la loi du canon, ce n’est pas Arthur R et la loi de la poésie. Un code poétique qui serait un code civil ! Ça c’est un projet. La réduction des inégalités c’est la réduction des écarts entre la loi et la poésie. Une poésie névrotique, avec des aspérités, des combats contre soi-même, mon sang dans son sang, mon urine à mes pieds, ma maladie portée dans sa faille, par sa faille, à travers.
Souffrir et s’ouvrir ensemble, en tant qu’espèce, évoluer vers un autre combat, mais pour cela il va falloir se battre, contre toi-même, contre « le bon père de famille » inscrit dans la loi.

Ça, ce sont des mots de BRUTES. Le spectacle que l’on ne verra pas, ou un peu, ou que l’on verra. Le désir ne reposant sur aucune certitude à part la certitude du désir. Ce qui est sûr c’est que ça existe déjà, de dossiers en dossiers, ce spectacle a déjà été écrit mille fois. Mais avant de projeter un musée du dossier ou de la newsletter, ce projet travaille, se cherche, s’écrit, parce qu’il doit. De répétitions en répétitions. Il me tisse.

Ce n’est pas un spectacle pour être aimé. C’est ok. Sauf quand j’ai besoin d’être aimé. C’est ok. Ou quand tu as besoin d’être aimé. C’est ok. Des vœux justes donc. Donc je ne te la souhaite pas trop pourrie. Et toute l’année.
Et de longue haleine je te souhaite tout court.

Cette Compagnie-là - Antony Quenet est accueillie à l’Atelier du Plateau, les vendredi 21 et samedi 22 mai 2021, pour le spectacle “The ghost in the tub”.
Plus d’infos par ici