Centre Dramatique National de Quartier
 
La saison
Image
Ikui Doki

jeudi 5 septembre à 20h

 

ImageConvoquant les monstres sacrés de la musique française du début du XXe siècle (Debussy, Ravel, Fauré ou Satie), Ikui Doki fait voler en éclats les cadres habituels de ce répertoire. Improbable, pensez-vous ? Pas avec Ikui Doki !

Dans une interprétation audacieuse, le trio développe sur scène l’inédite palette sonore de leur instrumentarium spécifique : basson, clarinette, saxophone et harpe amplifiée. Leur musique s’aventure vers des paysages extatiques, teintés de sonorités free jazz et de trames harmoniques raffinées.

Ikui Doki dévoile son univers où l’impressionnisme et le jazz s’associent dans une composition mouvante et émouvante, entre tradition et création.

Image

avec : Sophie Bernado, basson, Hugues Mayot, saxophone, clarinette, Rafaëlle Rinaudo, harpe amplifiée

En partenariat avec le Festival Jazz à la Villette

©Simon Woolf

L'Arbre rouge

vendredi 6 septembre à 20h

 

ImagePour ce projet musical, le saxophoniste Hugues Mayot a conçu une instrumentation proche de la musique de chambre, rappelant l’intimité d’un quintet classique. Porté par cinq musiciens à la technique instrumentale redoutable, comptant parmi les plus talentueux de la nouvelle scène jazz, L’Arbre rouge ose les expérimentations tous azimuts.

À travers une écriture minimaliste et répétitive, une recherche sur les timbres et les textures, le musicien donne une singulière dimension rythmique à cet orchestre miniature, et crée un terrain de jeu propice à l’improvisation, qu’il partage avec jubilation avec ses quatre compagnons d’aventure.

Image

avec : Hugues Mayot, saxophone ténor, Sophie Bernado, basson, Théo Ceccaldi, violon, alto, Valentin Ceccaldi, violoncelle, Joachim Florent, contrebasse

En partenariat avec le Festival Jazz à la Villette

©Jeff Humbert

Le Banquet

Samedi 7 septembre à 20h et dimanche 8 septembre à 17h

 

Image Le Banquet invite Nicolas Jules, samedi 7 septembre
Le Banquet invite Fidel Fourneyron, dimanche 8 septembre

Gourmandise des sons, soif des genres, appétit insatiable pour le mélange, Le Banquet aborde le quatuor avec l’esprit du musicien moderne, pluriel et sans frontière. A la fois compositeurs, interprètes et improvisateurs, les instrumentistes mettent leur éclectisme au service d’un travail collectif pour l’élaboration d’un nouveau langage. Comme un écho à ce qu’a pu être la musique de table qui accompagnait fêtes et banquets, Le Banquet installe sa table à l’Atelier du Plateau pour une douce orgie acoustique, une subtile débauche, un festin de réjouissance.

Pour sa première soirée, le samedi 7, Le Banquet convie le chanteur Nicolas Jules à mêler des mots à ses sons, avec un soupçon de drôlerie et de théâtralité, le tout distillé dans un alambic improvisatoire.

Pour sa seconde soirée, le dimanche 8, Le Banquet convie le tromboniste Fidel Fourneyron à transformer le quatuor en un animal sauvage à cinq têtes.

Image

avec : Simon Drappier, contrebasse, Clément Janinet, violon, Clément Petit, violoncelle, Johan Renard, violon

Et : Nicolas Jules, voix (samedi 7), Fidel Fourneyron, trombone (dimanche 8)

En partenariat avec le Festival Jazz à la Villette

Cortège de tête

samedi 21 septembre à 20h

 

ImageComment, dans le brouillard des lacrymos tout au fond de la nasse, se nouèrent nos amitiés ?


L'ordre s’ingéniait à ce que jamais nos trajectoires ne se croisent. Pourtant, chacun de notre côté, nous fabriquions l’instrument qui allait permettre nos rencontres : ce cortège bâtard, sans service d’ordre, débordant les syndicats, que les flics nassent, qu’ils tabassent ; celui du black-block, celui qui part en manif sauvage, Ahou !
À base de textes écrits sur le vif, de souvenirs, de sons, nous chantons la geste de ce cortège où se mélangent syndicalistes sincères, étudiants, chômeurs, lycéens… ce phoenix sur lequel le pouvoir jette des grenades, non pas tant parce qu’il pète les banques que parce qu’il est la brume où ceux qui ne devraient jamais se rencontrer se rencontrent.
C'était en 2016 — le mouvement contre « la loi travail ». Trois ans pile après notre première à l'Atelier du Plateau, nous revenons y dire notre récit choral. Une épopée que nous avons pris soin d'écrire depuis l'intérieur des choses contre le spectacle. Depuis la vie.

Image

De et avec : Lisemarie Barré, Reda Belfoul, Abdallah Mehanneche, Karim Benzidani, Nicolas Flesch

Entrée libre, les recettes seront reversées à la Coordination anti-répression Paris-Île-de-France qui croule sous le travail.

Nicolas Flesch est accueilli en résidence à l’Atelier du Plateau.

©Brecht Evens

Tragôdia ou Thésée-moi!

mercredi 25, jeudi 26 et vendredi 27 septembre à 20h

 

ImageMarlène Rostaing est une chorégraphe, danseuse, vocaliste, acrobate, improvisatrice, à la liberté et l’inventivité explosive. Aperçu à l’occasion de l’Atelier du Plateau fait son cirque ou pour un duo jubilatoire Furia avec Leïla Martial, elle apprécie cette joie du présent, capable de renverser d’un coup de voix ou de tête tous les genres établis. C’est la première fois qu’elle présente à Paris son travail de compagnie.

Entre écriture, improvisation dansée et vocale Tragôdia ou Thésée-moi ! se compose des trois disciplines chères à la tragédie grecque, la danse, la voix et le texte. Tragôdia ou Thésée-moi ! est construit comme une grande traversée chorégraphique où se succèdent les étapes, les nœuds, les transformations nécessaires pour permettre à chacun-e d’accéder à son choix de liberté, vérité ou mensonge. Bref, Tragôdia ou Thésée-moi !, c'est savoir rire, même des moches choses et c'est très sérieux!

« Tragôdia ou Thésée-moi ! », le deuxième volet d'une trilogie sur mon héritage de féminité, est une incantation, celle d’Ariane, abandonnée par Thésée. C’est avec humour et dérision qu’à travers elle je viens rejouer son abandon et ma tragédie. Un rituel, comme pour me laver… Je prends ce temps pour creuser le sillon de mon histoire féminine, mais également celui de l’absurdité et du mythe. Par la même occasion, à travers une dramaturgie originale, je remets à l’heure contemporaine les codes de la tragédie, les métamorphoses, les râles et les excès des héroïnes du monde antique. Une partie de moi, une partie de vous… Marlène Rostaing

Image

Un spectacle de la Compagnie Body! Don't Cry - Chorégraphie, interprétation : Marlène Rostaing - Regard extérieur : Yaëlle Antoine - Création lumière : Patrick Cunha - Création sonore : Didier Préaudat

Avec : Marlène Rostaing, danse

Marlène Rostaing est accueillie en résidence à l’Atelier du Plateau

©Erik Damiano