Centre Dramatique National de Quartier
 
La saison
Image
Ikui Doki

jeudi 5 septembre à 20h

 

ImageConvoquant les monstres sacrés de la musique française du début du vingtième siècle (Debussy, Ravel, Fauré ou Satie), Ikui Doki fait voler en éclats les cadres habituels de ce répertoire. Improbable, pensez-vous ? Pas avec Ikui Doki !

Dans une interprétation audacieuse, le trio développe sur scène l’inédite palette sonore de leur instrumentarium spécifique : basson, clarinette, saxophone et harpe amplifiée. Leur musique s’aventure vers des paysages extatiques, teintés de sonorités free jazz et de trames harmoniques raffinées.

Ikui Doki dévoile son univers où l’impressionnisme et le jazz s’associent dans une composition mouvante et émouvante, entre tradition et création.

Image

avec : Sophie Bernado, basson, Hugues Mayot, saxophone, clarinette, Rafaëlle Rinaudo, harpe amplifiée

En partenariat avec le Festival Jazz à la Villette

©Simon Woolf

L'Arbre rouge

vendredi 6 septembre à 20h

 

ImagePour ce projet musical, le saxophoniste Hugues Mayot a conçu une instrumentation proche de la musique de chambre, rappelant l’intimité d’un quintet classique. Porté par cinq musiciens à la technique instrumentale redoutable, comptant parmi les plus talentueux de la nouvelle scène jazz, L’Arbre rouge ose les expérimentations tous azimuts.

À travers une écriture minimaliste et répétitive, une recherche sur les timbres et les textures, le musicien donne une singulière dimension rythmique à cet orchestre miniature, et crée un terrain de jeu propice à l’improvisation, qu’il partage avec jubilation avec ses quatre compagnons d’aventure.

Image

avec : Hugues Mayot, saxophone ténor, Sophie Bernado, basson, Théo Ceccaldi, violon, alto, Valentin Ceccaldi, violoncelle, Joachim Florent, contrebasse

En partenariat avec le Festival Jazz à la Villette

©Jeff Humbert

Le Banquet

Samedi 7 septembre à 20h
dimanche 8 septembre à 17h

 

Image

Gourmandise des sons, soif des genres, appétit insatiable pour le mélange, Le Banquet aborde le quatuor avec l’esprit du musicien moderne, pluriel et sans frontière. A la fois compositeurs, interprètes et improvisateurs, les instrumentistes mettent leur éclectisme au service d’un travail collectif pour l’élaboration d’un nouveau langage. Comme un écho à ce qu’a pu être la musique de table qui accompagnait fêtes et banquets, Le Banquet installe sa table à l’Atelier du Plateau pour une douce orgie acoustique, une subtile débauche, un festin de réjouissance.

Pour sa première soirée, le samedi 7, Le Banquet convie le chanteur Nicolas Jules à mêler des mots à ses sons, avec un soupçon de drôlerie et de théâtralité, le tout distillé dans un alambic improvisatoire.

Pour sa seconde soirée, le dimanche 8, Le Banquet convie le tromboniste Fidel Fourneyron à transformer le quatuor en un animal sauvage à cinq têtes.

Image

avec : Simon Drappier, contrebasse, Clément Janinet, violon, Clément Petit, violoncelle, Johan Renard, violon

Et : Nicolas Jules, voix (samedi 7), Fidel Fourneyron, trombone (dimanche 8)

En partenariat avec le Festival Jazz à la Villette.
Concert de sortie du disque « Le Banquet », sur le label Gigantonium

La musique d'Eric Groleau

mardi 17 septembre à 20h

 

Image La musique d’Eric Groleau est de la glaise des romans noirs où rage, comptoir de zinc, bourlingue, longue traversée en bagnole sont transpercés d’horizons de douceur, de fines attentions aux gens, de danses de joie. La musique d’Eric Groleau aime les mots des poètes avec, en parangon des éclaireurs, l’écriture de Blaise Cendrars, posée sur le pupitre comme une servante. Une lueur permanente pour désépaissir les insomnies à coup de groove et de mélopées. Une musique d’amoureux des musiques, de toutes celles glanées au cul des orchestres de bal, dans les alchimies des rencontres improvisées, dans l’insatiable curiosité des sonorités du monde.
Pour faire entendre ces airs vifs, ces transes de vie, un grand orchestre d’amis musiciens et diseurs, spécialement constitué pour l’occasion, joue à s’en battre la chamade la musique d’Eric Groleau. Plus qu’un hommage à ce musicien beaucoup trop tôt disparu, un hymne à l’amour, à l’amitié, à la délicatesse.

Image

avec : Matthieu Metzger, saxophones alto, sopranino, Philippe Lemoine, saxophone ténor, Sylvain Kassap, clarinettes, Julien Padovani, fender rhodes, Dominique Pifarély, violon, Anil Eraslan, violoncelle, Théo Girard, contrebasse, Olivier Lété, basse électrique, Bruno Girard, voix, Sandrine Nicolas, voix

Entrée en participation libre

Cortège de tête

samedi 21 septembre à 20h

 

ImageVoilà trois ans pile, à l’Atelier du Plateau, l’auteur et rassembleur Nicolas Flesch présentait pour la toute première fois cette « conférence imaginaire contre le réel », ce Cortège de tête où prenaient corps des amitiés fortes ainsi qu’une étonnante littérature chorale écrite depuis l’intérieur des choses.
Depuis ce Cortège de tête a sillonné théâtres, forums, lieux associatifs et sa forme comme son propos ne cesse de résonner.

« L’ordre s’ingéniait à ce que jamais nos trajectoires ne se croisent. Pourtant, chacun de notre côté, nous fabriquions l’instrument qui allait permettre nos rencontres : ce cortège bâtard, sans service d’ordre, débordant les syndicats, que les flics nassent, qu’ils tabassent ; celui du black-block, celui qui part en manif sauvage, Ahou !

À base de textes écrits sur le vif, de souvenirs, de sons, nous chantons le geste de ce cortège où se mélangent syndicalistes sincères, étudiants, chômeurs, lycéens… ce phœnix sur lequel le pouvoir jette des grenades, non pas tant parce qu’il pète les banques que parce qu’il est la brume où ceux qui ne devraient jamais se rencontrer se rencontrent ». Nicolas Flesch

Image

De et avec : Lisemarie Barré, Reda Belfoul, Abdallah Mehanneche, Karim Benzidani, Nicolas Flesch, comédiens

Entrée libre, les recettes seront reversées à la Coordination anti-répression Paris-Île-de-France qui croule sous le travail.

Nicolas Flesch est accueilli en résidence à l’Atelier du Plateau.

©Brecht Evens

Tragôdia ou Thésée-moi!

mercredi 25, jeudi 26 et vendredi 27 septembre. à 20h

 

ImageMarlène Rostaing est une chorégraphe, danseuse, vocaliste, acrobate, improvisatrice, à la liberté et l’inventivité explosive. Aperçue dans nos murs à l’occasion de L’Atelier du Plateau fait son cirque ou pour le duo jubilatoire Furia avec Leïla Martial, elle apprécie cette joie du présent, capable de renverser d’un coup de voix ou de tête tous les genres établis. C’est la première fois qu’elle présente à Paris son travail de compagnie.

Entre écriture et improvisation, Tragôdia ou Thésée-moi ! se compose des trois disciplines chères à la tragédie grecque : la danse, la voix et le texte. Tragôdia ou Thésée-moi ! est construit comme une grande traversée chorégraphique où se succèdent les étapes, les nœuds, les transformations nécessaires pour permettre à chacun·e d’accéder à son choix de liberté, de vérité ou de mensonge. Avec humour et dérision, Marlène Rostaing remet à l’heure contemporaine les codes de la tragédie, les métamorphoses et les râles, l’énergie et les excès des héroïnes du monde antique.

Bref, Tragôdia ou Thésée-moi !, c’est savoir rire, même des moches choses et c’est très sérieux !

Image

Un spectacle de la Compagnie Body! Don't Cry - Chorégraphie, interprétation : Marlène Rostaing - Regard extérieur : Yaëlle Antoine - Création lumière : Patrick Cunha - Création sonore : Didier Préaudat

Avec : Marlène Rostaing, danse

Marlène Rostaing est accueillie en résidence à l’Atelier du Plateau

©Erik Damiano

L'Atelier du Plateau fait son cirque

du jeudi 10 octobre au dimanche 27 octobre 2019

 

Image Semaine 1 - du jeudi 10 au dimanche 13 COMPLET
en savoir +
Semaine 2 - du jeudi 17 au dimanche 20 COMPLET
en savoir +
Semaine 3 - du jeudi 24 au dimanche 27 COMPLET
en savoir +

Pour sa dix-huitième édition, « L’Atelier du Plateau fait son cirque », qui a enfin l’âge de voter et de s’émanciper, continue à braver les diktats, à fêter les mélanges, à ouvrir les vannes de l’improvisatoire en bande, à risquer le casse-gueule.

Pour cette nouvelle session, l’Atelier du Plateau se transforme en studio de cinéma dans lequel trône un inquiétant salon. Imaginons un salon bourgeois, un parquet caramel, des ancêtres aux murs, du papier peint élimé par le temps et la clope, imaginons un salon hanté, celui des cauchemars et des longues insomnies, imaginons que ce soit l’endroit de vie et de retrouvailles d’une population multiple et décalée d’acrobates et de musiciens.

Chaque semaine, un artiste s’associe à la mise en scène des soirées. Grain de sable et piment, alchimiste et ingénieur, cette double-vue permet de varier les focales et de remettre sans cesse en jeu la tension entre le libre improvisé et la belle rigidité de l’écriture. L’acrobate Alexandre Fournier, la cordiste Elsa Caillat ou encore les duettistes vocalistes, clowns et danseuses, Leïla Martial et Marlène Rostaing viendront ainsi se mêler au plateau pour coudre et abâtardir les us et cloisons de ce grand cirque. Côté musique, il soufflera une profusion de musique de chambre sans dessus-dessous, des dentelles d’électro et de baroque, de la pop de boudoir, des souffles et du tapage d’appartement. Un cirque de salon !

Image

Direction artistique : Matthieu Malgrange, avec la complicité de Alexandre Fournier, Elsa Caillat, Marlène Rostaing et Leïla Martial – Peintures, accessoires : Myrtille Pichon – Construction et régie de plateau : Samuel Deschamps – Lumières et régie générale : Thomas Costerg

© Thomas Jankowski

Semaine 1

Du jeudi 10 au dimanche 13 octobre

 

ImageSemaine 2 - du jeudi 17 au dimanche 20
Semaine 3 - du jeudi 24 au dimanche 27
Le festival

Jeudi 10 octobre à 20h COMPLET
avec : Alexandre Fournier, accro danse, Quentin Folcher, équilibre, Laurane Wüthrich, cerceau aérien, Denis Dulon, accro danse, Ode Rosset, mât chinois, Maxime Steffan et Mathilde Jimenez, portés acrobatiques, Jennifer François, trapèze
et : Séverine Morfin, alto, Tatiana Paris, guitare, Sophie Bernado, basson

Vendredi 11 octobre à 20h COMPLET
avec : Alexandre Fournier, accro danse, Quentin Folcher, équilibre, Laurane Wüthrich, cerceau aérien, Denis Dulon, accro danse, Nathan Israël, jongle, Maxime Steffan et Mathilde Jimenez, portés acrobatiques, Jennifer François, trapèze
et : Eve Risser, piano Klien, Karsten Hochapfel, violoncelle, Jean-François Vrod, violon

Samedi 12 octobre à 20h COMPLET
avec: Alexandre Fournier, accro danse, Marianne Boldini, Alice Noel et Clémence Gilbert, portés acrobatiques, Nathan Israël, jongle, Noémie Deumié, tissus, Boris Lafitte, hulahoop, Matthieu Pillard et Ricardo Lo Giudice, clowns
et : Sylvaine Hélary, flûte, Antonin Rayon, piano, orgue, Vincent Raude, électronique

Dimanche 13 octobre à 17h COMPLET
avec : Alexandre Fournier, accro danse, Marianne Boldini, Alice Noel et Clémence Gilbert, portés acrobatiques, Ode Rosset, mât chinois, Noémie Deumié, tissu, Boris Lafitte, hulahoop, Matthieu Pillard et Ricardo Lo Giudice, clowns
et : Antonin Leymarie, batterie, Giani Caserotto, guitare acoustique Théo Ceccaldi, violon

Image

Direction artistique : Matthieu Malgrange, avec la complicité d'Alexandre Fournier, Elsa Caillat, Marlène Rostaing et Leïla Martial - Peinture, accessoires : Myrtille Pichon - Construction, régie de plateau : Samuel Deschamps - Lumières, régie générale : Thomas Costerg - Régie : Alice Léonard

©Toma Jankowski

Semaine 2

Du jeudi 17 au dimanche 20 octobre

 

Image Semaine 1 - du jeudi 10 au dimanche 13
Semaine 3 - du jeudi 24 au dimanche 27
Le festival

Jeudi 17 octobre à 20h COMPLET
avec : Léo Manipoud, acrobate, Felipe Magana, clown, Christophe Bouffartigue, corde, Nata Galkina, antipodiste, Marianna de Sancti, hulahoop, Jeanne Ragu et Pauline Barboux, quadrisse, Mathilde Roy, équilibre
et : Leïla Martial, voix multi-timbrée

Vendredi 18 octobre à 20h COMPLET
avec : Marlène Rostaing, danse, Léo Manipoud, acrobate, Felipe Magana, clown, Christophe Bouffartigue, corde, Nata Galkina, antipodiste, Elise Legros, danse, Marianna de Sanctis, hulahoop, Mathilde Roy, équilibre
et : Christophe Girard, accordéon, Anthony Caillet, euphonium

Samedi 19 octobre à 20h COMPLET
avec : Marlène Rostaing, danse, Voleak Ung et Vincent Brière, portés acrobatiques, Elise Legros, danse, Sandrine Juglair, mât chinois, Nicolas Longuechaud, manipulation d'objets, Bastien Crinon, clown, Julian Saether, jongle
et : Gilles Coronado, guitare, Rafaelle Rinaudo, harpe, Julien Chemla, batterie

Dimanche 20 octobre à 17h COMPLET
avec : Marlène Rostaing, danse, Leïla Martial, clown, Voleak Ung et Vincent Brière, portés acrobatiques, Sandrine Juglair, guitaremât chinois, Nicolas Longuechaud, manipulation d'objets, Bastien Crinon, clown, Jeanne Ragu et Pauline Barboux, quadrille, Julian Saether, jongle
et : Elise Dabrowski, contrebasse, Olivier Lété, basse, Fidel Fourneyron, trombone

Image

Direction artistique : Matthieu Malgrange, avec la complicité d'Alexandre Fournier, Elsa Caillat, Marlène Rostaing et Leïla Martial - Peinture, accessoires : Myrtille Pichon - Construction, régie de plateau : Samuel Deschamps - Lumières, régie générale : Thomas Costerg - Régie : Alice Léonard

©Toma Jankowski

Semaine 3

Du jeudi 24 au dimanche 27 octobre

 

ImageSemaine 1 - du jeudi 10 au dimanche 13
Semaine 2 - du jeudi 17 au dimanche 20
Le festival

Jeudi 24 octobre à 20h COMPLET
avec : Elsa Caillat, corde, Tarzana Foures, trapèze, Joao Pereira dos Santos, mât chinois, Maxime Reydel, acrobate, Claire et Guillaume, clown, Inès Valarcher, équilibre, Mouna Nemri, hulahoop, Iliass Mjouti, danse
et : Fred Soulard, claviers, Clément Petit, violoncelle

Vendredi 25 octobre à 20h COMPLET
avec : Elsa Caillat, corde, Tarzana Foures, trapèze, Joao Pereira dos Santos, mât chinois, Maxime Reydel, acrobate, Nicolas Fayol, danse, Mehdi Baki, danse, Julieta Salz, cerceau aérien, Inès Valarcher, équilibre, Mouna Nemri, hulahoop, Iliass Mjouti, danse
et : Joce Mienniel, flûte, kalimba, Korg MS 20, Maxime Delpierre, guitare, Vincent Lafont, synthé, orgue

Samedi 26 octobre à 20h COMPLET
avec : Elsa Caillat, corde, Nicolas Fayol, danse, Mehdi Baki, danse, Clémentine Lamouret, corde, Pedro Guerra et Liz Braga, portés acrobatiques, Paul Crétin, jongle, Armelle Devigon, performance
et : Nabila Mekkid, chant, guitare, Julien Roussel, violoncelle, Thomas de Pourquery, saxophone

Dimanche 27 octobre à 17h COMPLET
avec : Elsa Caillat, corde, Clémentine Lamouret, corde, Pedro Guerra et Liz Braga, portés acrobatiques, Claire et Guillaume, clown, Paul Crétin, jongle, Armelle Devigon, performance
et : Garth Knox,viole, viole d'amour, Sylvain Lemêtre, percussions, Agnès Vestermann, violoncelle

Image

Direction artistique : Matthieu Malgrange, avec la complicité d'Alexandre Fournier, Elsa Caillat, Marlène Rostaing et Leïla Martial - Peinture, accessoires : Myrtille Pichon - Construction, régie de plateau : Samuel Deschamps - Lumières, régie générale : Thomas Costerg - Régie : Alice Léonard

©Toma Jankowski

Sonore boréale

jeudi 07 novembre 20h

 

ImageCOMPLET
Accueillir Sylvain Lemêtre à l’Atelier du Plateau, c’est s’émerveiller devant les innombrables et inventifs objets qui font « boum » et « tak », c’est se prendre à rêver de pouvoir pousser les murs pour en accueillir toujours plus, c’est l’assurance de rencontres inouïes et généreuses, c’est accompagner un artiste affranchi de toute territorialité musicale.

Assis derrière une grande table débordant de percussions inédites qu’il a lui-même conçues, Sylvain Lemêtre s’aventure avec brio vers le théâtre, devient tantôt bavard, tantôt percussif, souvent les deux à la fois. Un solo haut en couleur sonore, agissant comme un remède miracle contre toutes les formes de morosité.

Image

Composition et improvisation : Sylvain Lemêtre - Mots et autres histoires farfelues empruntés au livre « La Funghimiracolette » de Olivier Mellano Emprunt musical : « Tafel Music » de Gérard Pesson.

Avec : Sylvain Lemêtre, percussions

© Remi Angeli

COMPLET

Glowing Life

vendredi 8 novembre à 20h

 

Image La musique du quartet de l’incontournable flûtiste Sylvaine Hélary arpente des ramifications électriques inédites, traque les grésillements romantiques, fabrique hordes rythmiques amplifiées et flots de ritournelles embuées.

L’héritage d’anciennes légendes y côtoie l’émergence d’un monde aux étonnantes dimensions, où se dessinent les contours d’un paysage singulier, reflet des expressions diverses et complémentaires des musiciens, qui s’y expriment avec une joyeuse liberté. Entre jazz contemporain et pop expérimental, le quartet produit le son d’une vie aux couleurs scintillantes et phosphorescentes. Une « Glowing Life » rafraîchissante envoûtante et prometteuse d’avenirs radieux.

Image

avec : Sylvaine Hélary, flûtes traversières, voix, composition, Antonin Rayon, orgue Hammond B3, clavinet, Benjamin Glibert, guitare, basse électriques, Christophe Lavergne, batterie

Sylvaine Hélary est accueillie en résidence pour la saison 2019/2020

© Arthur GRAND

Sans ses beaux parents

mercredi 13 et jeudi 14 novembre à 20h

 

Image Benjamin Sanz, batteur, compositeur et détourneur de sons, invite à des retrouvailles deux complices, fins diseurs et comédiens de renom, Pierre Baux et Dominique Parent.

Au gré d’un cheminement marqué par l’engagement et le désir de liberté, le trio pose ses valises à l’Atelier du Plateau pour deux soirées inédites. Ensemble, ils joueront des mots et des rythmes, exploreront les textes de la chanson française du début du vingtième siècle, exhumeront des anecdotes, furèteront du côté de la littérature noire et de l’art brut. Une soirée de rencontres pour nous confier les textes qui ont marqué le parcours de chacun d’eux.

Image

avec : Benjamin Sanz, percussions, Pierre Baux, comédien, Dominique Parent, comédien

Benjamin Sanz et le collectif Mirr sont accueillis en résidence pour la saison 2019/2020

Sobre Sordos

vendredi 15 novembre à 20h

 

Image COMPLET.
Sobre Sordos c’est au départ un trio : Ignacio Plaza Ponce et Giustino De Michele écrivent la musique, Damien Serban conçoit l’ossature graphique et plastique du groupe. Pour multiplier les sensibilités, le trio s’entoure d’une dizaine de musiciens et crée un dialogue oscillant entre chansons éraillées et musiques cinématographiques, arrangements soigneux et improvisations survoltées.

Sur scène, deux voix frontales, parfois scandées, parfois chuchotées, mettent en scène des personnages aux sens écaillés, aux perceptions perturbées, aux souvenirs ébréchés. Autour, la puissance du piano tantôt martelé, tantôt feutré, fait face aux grains électriques et électroniques des claviers et effets, l’envoûtement des vents boisés rejoint la force des cordes frottées ou frappées, les rythmes de guitares accompagnent une voix gitane et, au loin, une sirène. Et comme un fil tendu entre l’ensemble, des vidéos sont projetées et manipulées en direct.

Sobre Sordos crée une permanente métamorphose des expériences et des imaginaires, à travers un univers musical singulier et réjouissant.

Image

Textes et musiques : Ignacio Plaza Ponce et Giustino De Michele - Images : Damien Serban

avec : Ignacio Plaza Ponce, voix, piano, rhodes, synthés, Giustino De Michele, voix, Damien Serban, vidéo, Joce Mienniel, flûtes, Matteo Pastorino, clarinettes, Bartolomeo Barenghi, guitares, Sylvain Rabourdin, violon, Simon Drappier, contrebasse, Elsa Birgé, voix

Concert de sortie du disque « Sobre Sordos »

COMPLET

Troubadours

jeudi 21 et vendredi 22 novembre à 20h

 

Image Décidément, Sylvain Rifflet prend un malin plaisir à détricoter tout ce qu’il entreprend, pour mieux nous régaler de ses curiosités les plus emballantes. Cherchant en permanence le contrepied et partant constamment dans des directions littéralement opposées, il nous offre ici un de ses rêves : celui d’intégrer des influences de musique médiévale et la musique répétitive à un projet de musique modale.

Pour magnifier, le temps d’un concert, une multitude de personnages marquants du moyen-âge, Sylvain Rifflet s’entoure de trois ménestrels de haute volée, le trompettiste Verneri Pohjola, le percussionniste Benjamin Flament et Sandrine Marchetti à l’harmonium.

Dans la langue d’oc, trobador désigne le « trouveur », celui qui est à la fois créateur, compositeur, jongleur et interprète de poésie et de musique. Point de doute que ces quatre troubadours-là sauront vous « trouver », pour vous désaltérer, vous rafraîchir et vous délecter de leur univers musical finement percussif et envoûtant. Troubadours comme un déluge de poésie musicale aux saveurs d’amour-courtois.

Image

avec : Sylvain Rifflet, saxophone tenor, clarinette, clarinette basse, harmonium, shruti box, Verneri Pohjola, trompette, Benjamin Flament, percussions, Sandrine Marchetti, harmonium

Concerts de sortie du disque “Troubadours”, sur le label Magriff

© Sylvain Gripoix

La Pluie Jaune

mercredi 27 et jeudi 28 novembre à 20h

 

Image Au nord de l’Espagne, dans les contreforts des Pyrénées, se trouve le village d’Ainielle. Politiques industrielles et sociales de la dictature franquiste, isolement, difficulté de la vie rurale et paysanne, Ainielle fut progressivement abandonné de ses habitants. Dans ce vaste espace montagneux, il existe un grand nombre d’autres villages abandonnés de ce type. L’écrivain Julio Llamazares en a fait le théâtre d’une de ses nouvelles, La Lluvia Amarilla, monologue puissant qui construit une fresque poétique où passé, présent et futur s’entremêlent, où l’histoire individuelle se fond avec l’histoire collective, où l’exil, la solitude et la mémoire font résonner les tensions propres à notre époque.

C’est à partir de ce récit et d’un travail de collectage sonore, visuel et de vécu dans les villages abandonnés, que le pianiste Xavier Camarasa a imaginé La Pluie Jaune. Accompagné de deux improvisateurs et d’un récitant, ils nous livrent ensemble d’infinis allers-retours entre texte et musique, français et espagnol, écriture et improvisation, nous dévoilant les strates de l’histoire, un oratorio des abandonnés.

Image

D’après « La Lluvia Amarilla », un roman de Julio Llamazares

avec : Xavier Camarasa, fender rhodes, effets, Richard Comte, guitare, effets, Julien Chamla, batterie, Nicolas Jules, récitant

Xavier Camarasa est accueilli en résidence pour la saison 2019/2020

© Franck Morinière

New Gâtes trio

samedi 30 novembre à 20h

 

Image Comment être révolutionnaire et ne rien renier du passé ? C’est précisément la question à laquelle répondit brillamment Claude Debussy lorsqu’il composa la sonate pour flûte, alto et harpe. Cette œuvre renouvelle le langage de la musique de chambre de la manière la plus inventive, par le biais d’un rapport toujours créatif à la tradition.

New Gâtes trio lance le même défi de modernité aux compositeurs d’aujourd’hui : écrire pour la même formation sans rien abandonner de leurs ambitions novatrices.

Matteo Cesari, Maxime Desert et Aurélie Saraf, interprètes sensibles et aguerri·e·s aux techniques instrumentales les plus récentes, accompagné·e·s par les créations visuelles d’Arnaud Deshayes, s’impliquent passionnément pour façonner un répertoire de l’avenir et ouvrir grand les portes des tympans.

Image

Au programme : “Leaving lute” de Christopher Trapani, “New Gates” de Kaija Saariaho, “Jeux d’étoffes et de désirs” de Bernard de Vienne

avec : Matteo Cesari, flûtes, Maxime Desert, alto, Aurélie Saraf, harpe, Arnaud Deshayes, vidéo

Aurélie Saraf est accueillie en résidence pour la saison 2019/2020

Beau Catcheur / Pas d'amusement

jeudi 5 décembre à 20h

 

Image Depuis une dizaine d’années, le drôle de duo qu’est Beau Catcheur a des idées pas franchement académiques, du style à bousculer les conventions. Formant une paire d’électrons libres, ils pratiquent en toute intimité la poésie sonore et l’art du grand détournement.

Beau Catcheur remonte sur les rings. Après avoir recueillis tous les suffrages dans le rôle des Baby Faces *, ils osent le Heel Turn ** et défient le monde sous le masque de l’Iguane et la cape des Stooges. Highspots *** en perspective.
* Catcheur ou catcheuse incarnant le protagoniste, appelé·e à recevoir l’appui du public.
** Le Heel Turn désigne le fait qu’un Baby Face change de personnalité et devient un Heel (catcheur ou catcheuse incarnant l’antagoniste, destiné·e à s’attirer les foudres du public).
*** Techniques aériennes dangereuses et particulièrement impressionnantes, utilisées afin de stimuler le public vers la fin d’un combat.

Image

avec : Sarah Murcia, contrebasse, voix, Fred Poulet, voix

Blind Seats

samedi 7 décembre à 20h

 

Image Aperçues notamment au côté d’Emily Loizeau, les trois élégantes et fortes têtes du groupe Blind Seats façonnent une musique où l’on balance son rocking chair entre pop planante et bercement blues.

Ces chaises aveugles, derrière un poteau ou bien tout à fait à gauche au paradis, ne nous permettent pas de voir correctement le spectacle. Il n’y a plus qu’à fermer les yeux et imaginer. Fantasmer sa propre histoire et se laisser aller.

Image

avec : Boris Boublil, claviers, guitare, Csaba Palotaï, guitare, Emmanuel Marée, batterie

Concert de sortie du disque « Blind Seats »

Un îlot entre deux mondes

mercredi 11 décembre à 20h

 

Image Faizal Mostrixx, danseur et dj, est sans aucun doute l’un des talents émergents les plus originaux de la nouvelle scène est-africaine. Combinant des références historiques avec une vision de l’avenir audacieuse, il crée une forme radicalement nouvelle de musique africaine. C’est indéniablement ougandais, mais comme aucune autre musique locale.

Le temps d’une soirée, Leïla Martial, chanteuse à la créativité originale et si joyeuse, habitée par des chants en langues inconnues, entoure Faizal Mostrixx de ses élucubrations. Pendant que le « Outta‑being » de Kampala se fait incarnation du verbe, corps livré au hasard de l’instant, naît sous nos yeux un dialogue unique entre l’âme et le corps.

La danse de Faizal Mostrixx, faite de transes traditionnelles et de hip-hop, de soubresauts, d’ondulations, et de micro-ébranlements répondront aux chemins sinueux et improbables que Leïla Martial convoque.

Image

avec : Faizal Mostrixx, danse, Leïla Martial, chant

En partenariat avec le Festival Africolor

© Kibazzi Photography

Kami Octet

vendredi 13 décembre à 20h

 

Image L’histoire de Kami est longue. Il y a dans cette histoire quelque chose du chemin initiatique, du chemin qui se fait en marchant. Sous l’impulsion du guitariste et compositeur Pascal Charrier, c’est en quintet que le Kami a parcouru, pendant plus d’une décennie, un chemin musical fait d’expériences marquantes et de collaborations fortes.

Dans cette nouvelle formation en octet, Pascal Charrier déploie de nouveaux espaces sonores, une écriture au service d’un propos narratif et poétique jalonnée de grands espaces de liberté et d’improvisation.

Tel un fil qui se déroule, le nouveau répertoire se dévoile comme un nouvel aboutissement, une suite logique... en attendant la prochaine mutation.

Image

avec : Emilie Lesbros, voix, Léo Pellet, trombone, Yann Lecollaire, clarinette, Julien Soro, saxophone, Pascal Charrier, composition, guitare, Paul Wacrenier, piano, Leïla Soldevila, contrebasse, Nicolas Pointard, batterie

© Philippe CLIN 2019

De ses mains

jeudi 19, vendredi 20 et samedi 21 décembre à 20h

 

Image L’acrobate et danseuse Cécile Mont-Reynaud n’en est pas à ses premières envolées à l’Atelier du Plateau. Habituée de L’Atelier du Plateau fait son cirque et accueillie pour ses précédentes créations, c’est tout naturellement qu’elle revient présenter son nouveau projet, accompagnée de deux artistes tout aussi remarquées dans nos murs : la comédienne, poète, Laurence Vielle et la harpiste Hélène Breschand.

De ses mains naît de la rencontre de Cécile Mont-Reynaud avec Simone Prouvé, artiste tisserande de 87 ans, dont le travail s’invente à la croisée de l’artisanat, des arts, du design et de l’architecture. Dans une installation plastique et sonore constituée de milliers de fils verticaux, comme un monumental métier à tisser, trois femmes, telles les Parques, et un homme peintre transcendent l’existence de Simone, leur accordeuse. Il s’agira de cirque, d’arts plastiques et de théâtre musical, d’histoire, de gestes, de rencontres humaines et de tissage de vies.

Image

Un spectacle de la Compagnie Lunatic - Conception et mise en scène : Cécile Mont-Reynaud - Ecriture : Laurence Vielle - Scénographie et lumières : Gilles Fer - Scénographie sonore : Wilfried Wendling et Thomas Mirgaine Composition : Hélène Breschand et Wilfried Wendling - Assistante à la mise en scène : Chloé Cassagnes - Dramaturgie, aide à l’écriture : Paola Rizza Collaboration, langue des signes : Levent Beskardes et Marie Boccacio

avec : Cécile Mont-Reynaud, danse aérienne, Laurence Vielle, texte, voix, Hélène Breschand, harpes, voix, Marc Feld, peinture

© Cie Lunatic