Centre Dramatique National de Quartier
 
Journal d'une apparition

samedi 17 septembre à 20h

 
<< Mai 2021 >>
DLMMJVS
      1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031     


Les archives
  • Mai 2021
  • Avril 2021
  • Mars 2021
  • Février 2021
  • Janvier 2021
  • Décembre 2020
  • Novembre 2020
  • Octobre 2020
  • Septembre 2020
  • Août 2020
  • Juillet 2020
  • Juin 2020
  • Mai 2020
  • Avril 2020
  • Mars 2020
  • Février 2020
  • Janvier 2020
  • Décembre 2019
  • Novembre 2019
  • Octobre 2019
  • Septembre 2019
  • Juin 2019
  • Mai 2019
  • Avril 2019
  • Mars 2019
  • Février 2019
  • Janvier 2019
  • Décembre 2018
  • Novembre 2018
  • Septembre 2018
  • Juin 2018
  • Mai 2018
  • Avril 2018
  • Mars 2018
  • Février 2018
  • Janvier 2018
  • Décembre 2017
  • Novembre 2017
  • Septembre 2017
  • Juillet 2017
  • Juin 2017
  • Mai 2017
  • Avril 2017
  • Mars 2017
  • Février 2017
  • Janvier 2017
  • Décembre 2016
  • Novembre 2016
  • Octobre 2016
  • Septembre 2016
  • Juillet 2016
  • Juin 2016
  • Mai 2016
  • Avril 2016
  • Mars 2016
  • Février 2016
  • Janvier 2016
  • Décembre 2015
  • Novembre 2015
  • Septembre 2015
  • Juin 2015
  • Mai 2015
  • Avril 2015
  • Mars 2015
  • Février 2015
  • Janvier 2015
  • Décembre 2014
  • Novembre 2014
  • Octobre 2014
  • Septembre 2014


  • programmes archivés
  • saison 55
  • saison 54
  • saison 53
  • saison 52
  • saison 51
  • saison 50
  • saison 49
  • saison 48
  • saison 47
  • saison 46
  • saison 45
  • saison 44
  • saison 43
  • saison 42
  • Image

    ImageA la question « Pourquoi écrivez-vous ? », Robert Desnos répondait : « Pour donner rendez-vous ».

    Entrer dans l’univers de Robert Desnos, c’est se laisser bercer par les cahots, les grondements, les piqués, les fracas, les rythmes ; c’est ressentir les fluctuations, les spirales, les glissements des multiples mouvements mélodiques de l’écriture automatique.

    Mise en voix et en jeu par Serge Adam, Tania Pividori et Christelle Séry, cette performance, où se bousculent matière sonore et poésie directe, exprime en chansons la poésie surréaliste du poète. Les phrases de trompette, de guitare, les voix et les machines dialoguent avec le texte et nous invitent à créer notre propre narration. Un moment d’échange tenu, délié et physique où l’ineffable s’exprime.

    Image

    avec : Serge Adam, composition, laptop, trompette, Tania Pividori, composition, voix, Christelle Séry, composition, guitare électrique

    Christelle Séry est en résidence pour la saison 2016/2017

    © Cécile Brossart